Le Livre

Création

L’auteur écrit le texte. S’il s’agit d’une œuvre de collaboration, il peut y avoir plusieurs auteurs.

L’auteur cède en général les droits d’exploitation de son œuvre à une maison d’édition, qui se charge de la diffuser.

  • En France, l’auteur ne cède pas ses droits intellectuels, qui sont inaliénables.
  • C’est la principale différence avec le régime du copyright anglo-saxon, où l’auteur peut céder par contrat l’œuvre elle-même, qui devient de ce fait la propriété de la maison d’édition.

Production

La production européenne de livres augmenta entre 500 et 1800 d’un facteur supérieur à 70 000.

L’éditeur a trois fonctions : intellectuelle, économique et technique.

Il sélectionne, parmi les nombreux manuscrits qu’il reçoit, ceux qu’il juge dignes d’être publiés, éventuellement après modification ou adaptation. Ce jugement se fonde sur les qualités qu’il trouve au texte, mais aussi sur le succès qu’il suppose que connaîtra le livre et donc sur la rentabilité de l’opération éditoriale. Lorsque l’éditeur pense qu’il y a un marché pour un certain type de livre, c’est lui qui peut rechercher un auteur auquel il passera une commande d’écriture.

L’éditeur, au nom de sa maison d’édition, prend l’essentiel du risque financier de l’édition (mise en page et maquette, traduction si nécessaire, impression et diffusion) et en partage les bénéfices entre l’auteur, le distributeur, et le libraire.

Avec le chef de fabrication, il coordonne tous les acteurs de la réalisation du livre : l’auteur, le correcteur, l’imprimeur et le façonnier ou relieur industriel.

Maintenant, les livres peuvent être envoyés directement à des maisons d’édition sur internet comme livre numérique. Certaines sont gratuites et d’autres payantes.

Commercialisation

Livre Ouvert 2.jpg

Une fois le livre réalisé (imprimé, relié…), il est mis dans le commerce par le diffuseur, le distributeur et la librairie. Parallèlement, sa promotion est assurée auprès des divers médias concernés. La commercialisation du livre est régie par la loi dans de nombreux États.

- En France, il s’agit de la loi de 1981 dite Loi Lang, qui instaure le prix unique du livre. En effet, l’éditeur doit fixer le prix de son livre (avec marquage du prix au dos, obligation peu souvent respectée[réf. nécessaire]), le point de vente (librairie ou surface spécialisée) et personne ne peut vendre le livre à un prix différent (supérieur ou inférieur), excepté une remise maximum de 5 % (effectuée directement à la caisse ou sous forme de carte de fidélité), et de 9 % pour les collectivités (exemple : les bibliothèques).

La loi Lang est présentée par certains comme une première loi de développement durable, car en près de 25 ans elle aurait permis de maintenir un tissu de librairies indépendantes, une production éditoriale de qualité (environ 25 000 nouveautés par an), et un prix abordable du livre (avec même une baisse de valeur en 1981).

Le diffuseur est chargé de la promotion du livre. Il organise des campagnes promotionnelles, s’assure de la mise en place du livre dans les différents points de vente et du réassort.

Le distributeur a un rôle logistique. Il gère le stock de livres pour le compte de l’éditeur. Il dispose généralement d’entrepôts situés dans des zones industrielles, où le terrain est moins cher. C’est lui qui reçoit et expédie les commandes et se charge de la facturation. Depuis les années 2000, il se charge également de reprendre les invendus des livres « événementiels » et de les détruire, car leur stockage coûterait plus cher que leurs bénéfices.

La librairie vend directement au public, mais aussi aux bibliothèques, qui offrent un accès non marchand au livre.

La diffusion est actuellement en plein changement de par l’émergence de nouvelles pratiques : la voie électronique et plus particulièrement internet. Celui-ci est en train de devenir progressivement un mode privilégié dans l’achat et la vente de livres. Les livres sont alors directement proposés aux clients et certaines compagnies importantes, comme Amazon.com, ou Google proposent aujourd’hui des ouvrages rapidement consultables et immédiatement téléchargeables, contournant ainsi le système classique de diffusion.

Le club de livres est une autre forme de diffusion où les adhérents reçoivent périodiquement à domicile des propositions d’achat de titres ayant fait l’objet d’éditions particulières par des entreprises spécialisées comme le Grand Livre du Mois, Jean de Bonnot ou le célèbre Club français du livre aujourd’hui inactif.

Autres modes de diffusion secondaires

Depuis quelques années, le livre connaît une seconde vie sous la forme de lecture à voix haute. Il s’agit alors de lectures publiques d’ouvrages déjà publiés et ce, avec le concours de lecteurs professionnels (souvent des acteurs connus) et en étroite collaboration avec les écrivains, les éditeurs, les libraires, les bibliothécaires, les animateurs du monde littéraire et les artistes.

De nombreuses pratiques individuelles ou collectives existent permettant d’augmenter le nombre de lecteurs d’un livre. Parmi celles-ci :

  • l’abandon de livres en des lieux publics, couplés ou non avec l’utilisation d’internet, connu sous le nom de bookcrossing ;
  • la mise à disposition gratuite de livres dans des tiers-lieux de type bars ou cafés ;
  • les bibliothèques ambulantes ou temporaires ;
  • les bibliothèques libres dans l’espace public (exemple du projet franco-allemand BücherboXX-BliblioboXX dans les anciennes cabines téléphoniques).

Évolution de la chaîne du livre

Cette forme de la chaîne du livre n’a guère varié depuis le XVIIIe siècle, et n’a pas toujours existé de cette manière. Ainsi, l’auteur s’est affirmé progressivement avec le temps, et le droit d’auteur ne date que du XIXe siècle. Pendant de nombreux siècles, et notamment avant l’invention de l’imprimerie, chacun recopiait librement les livres qui passaient entre ses mains, en y ajoutant le cas échéant ses propres commentaires. De même, les métiers de libraire et d’éditeur ne sont apparus qu’avec l’invention de l’imprimerie, qui a fait du livre un produit industriel, nécessitant des structures de production et de commercialisation.

 

L’invention de l’Internet, des liseuses électroniques, des tablettes  sont susceptibles de faire évoluer fortement la chaîne du livre dans les années à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Champs Obligatoires *
Votre adresse email ne sera pas diffusée

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>