Devenez Mécène !

Par mécénat, on entend le fait d’aider et peut être par la suite de promouvoir des arts et des lettres par des commandes ou des aides financières privées, que le mécène soit une personne physique ou une personne morale, comme une entreprise. Dans une acception plus large, il peut s’appliquer également à tout domaine d’intérêt général : recherche, culture, éducation, environnement, sport, solidarité, innovation, etc.

Au cœur du mécénat se développe de plus en plus le mécénat d’entreprise qui se définit comme un soutien financier, humain ou matériel apporté sans contrepartie directe par une entreprise, mais aussi grâce à la générosité de certains milliardaires.

En fiscalité et en comptabilité, il est considéré comme un don. Concrètement, le mécénat bénéficie d’un régime fiscal avantageux dans la mesure où il existe une disproportion marquée entre le versement et les contreparties reçues. Le mécénat n’est cependant pas à confondre avec le parrainage qui demande – à l’inverse – une contrepartie.

En France, de la monarchie à la République, en passant par l’Empire, l’art a longtemps été avant tout une affaire d’État. Selon Guy de Brébisson, aujourd’hui, la légitimité du mécénat demeure moindre en France qu’aux États-Unis, même si les mentalités ont nettement évolué depuis les années 1980. Il reste majoritairement une pratique des grandes entreprises, mais la participation des PME n’est plus négligeable au niveau local et régional. Les entreprises de province ne représentaient que 12,5 % des entreprises-mécènes en 1985, mais 41 % au début des années 1990.

En 1994, le poids du mécénat d’entreprise en France était évalué à 800 millions de francs, alors que le budget du ministère de la culture, hors grands travaux, s’élevait à 13 milliards et demi de francs (1 % environ du budget de l’État). Les dépenses des collectivités locales représentent près du double.

En 2008 en France, les actions de mécénat des entreprises de plus de 20 salariés étaient évaluées à 2,5 milliards d’euros. Cette somme était répartie entre la culture (40 %), la solidarité (32 %), l’environnement (15 %), la recherche (9 %) et le sport (5 %). La part apportée par les entreprises à la culture (près d’un milliard d’euros) représente donc 44 % des contributions financières du ministère de la Culture en 2008.
Mécénat environnemental : Il se développe depuis les années 1990, notamment dans le cadre du verdissement des entreprises, avec des risques de greenwashing. Une Mission Mécénat d’Entreprise existe au ministère chargé de l’écologie, qui a publié un guide pratique, juridique et fiscal du mécénat environnemental a été publié par le Commissariat général au développement durable

En 2010, le ministre français de la Culture de l’époque Frédéric Mitterrand souligne que « la responsabilité de l’État et des pouvoirs publics en général n’est pas seulement de financer la vie culturelle, mais d’encourager les initiatives de la société civile ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Champs Obligatoires *
Votre adresse email ne sera pas diffusée

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>